Donald Maxwell Fowler
Premier Ainé (Sage)


  •      

    Captain (Ret’d) Donald M. Fowler CD, Kt. (Fr.)

  • Capitaine (Ret’d) Donald M. Fowler CD, Kt. (Fr.)

Né en 1925, près du Lac Rice dans le canton d'Otonabee, Ontario, Donald est l'un des quatre enfants de James Fowler et Grace Sedore. Comme tout bon Métis, les Fowlers déménagèrent souvent avant de se fixer à Kingston, a plus tard Don à Brockville, où il a élevé sa famille, dont son fils Malcom, âgé de 59 ans..

En 1939, Donald a vu son père pour la première fois dans un uniforme de guerre avec le rang de « Canonnier » dans le RCHA. Donald a joint l'armée en 1940 et a réussi à visiter son père plusieurs fois alors qu’ils étaient en Grande-Bretagne. Don a servi dans le service d'infanterie avec le 1er Bn Stormont, Dundas, Glengarry Highlanders pendant cinq ans, dans le Contingent canadien de formation des officiers a l’Université Queens, puis commissionné dans l'artillerie royale canadienne, comme officier d’intelligence. Il a reçu de nombreuses décorations et distinctions honorifiques, y compris Chevalier de la Légion d'honneur de la France. Après ses études universitaires, Donald a travaillé à GTE pendant 30 ans comme gestionnaire en télécommunications commerciales.

C'est après la 2ieme guerre mondiale que Donald est pris intérêt à son ascendance autochtone et la généalogie. En 1977, il a découvert que sa grand-mère bien-aimée, connue par ses pairs comme "Maggie", était l'arrière-petite-fille JennyMistigoose, fille de Puckethwanisk et épouse du marchand de fourrures Robert Goodwin. Cet intérêt est rapidement devenu une passion, qui l'a amené à explorer le monde de l'ADN, dont il a acquis une compréhension impressionnante et partage généreusement.

Le 7 novembre 2018, au nom de la NMDC, du CPPMS et de nos citoyens métis, Chef Dumont et Dianne Blackwell ont tenu une cérémonie de « couverture d'honneur » pour notre Premier Ainé Fowler, lui rendant ainsi hommage pour sa vie de dévouement et de sacrifices pour son pays et son peuple. Le 93e anniversaire de naissance de Don n’aurait pas été complet sans une petite fête et le cadeau de la ceinture fléchée officielle de la NMDC été un porte-plume en suède pour sa plume d’aigle.

"Merci à tous pour vos bons voeux. Je suis profondément touché par cet honneur." (Don Fowler)

 

"L'histoire d'un soldat adolescent"

Le vétéran de la Seconde Guerre mondiale Donald Fowler, âgé de 91 ans, vêtu d'une veste de daim métisse ornée de médailles, détient un exemplaire deuxième livre de Dan Black et de John Boileau : Too Young Too Die: Canada's Boy Soldiers, Sailors and Airmen of the Second World War (Trop jeunes pour mourir : Les soldats, marins et aviateurs canadiens de la Seconde Guerre mondiale). Fowler avait 14 ans lorsqu'il s'est inscrite en 1940.​

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Conte d'un soldat adolescent
Par Darcy Cheek, Recorder and Times
Samedi le 21 janvier 2017 11h12am

Donald Fowler est une preuve vivante que les temps n'avaient pas beaucoup changés entre la Première et la Seconde Guerre Mondiale. Dan Black et John Boileau font en sorte que les lecteurs en sachent la raison.   Fowler compte parmi presque 100 adolescents figurant dans le deuxième livre de Boileau et de Black sur les mineurs Militaires Canadiens – Trop jeune pour mourir : soldats, marins et aviateurs Canadiens de la Seconde Guerre Mondiale. Le premier livre : Assez âgé pour combattre : les garçons-soldats du Canada de la Première Guerre Mondiale.  Fowler, maintenant âgé de 91 ans, tient la distinction d'avoir été parmi les plus jeunes Canadiens à joindre les forces armées, et marine marchande, peu de temps après le début de la Seconde Guerre Mondiale.

«Il y avait deux jeunes de 14 ans, et j'étais l'un d'eux», a déclaré Fowler de sa maison de Brockville cette semaine.
Plus de 20,000 jeunes mineurs se sont inscrits au service pendant la Première Guerre Mondiale, Black et Boileau estiment qu’ils y auraient eu plus de 30,000 qui se seraient inscrit pour la Seconde Guerre Mondiale. Dans le cas de Fowler, les antécédents familiaux remontant de plusieus générations ont influencé son entrée dans la guerre, et le livre attribue son l’intérêt de joindre à un très jeune âge à une visite d'un oncle qui était soldat. Il y avait eu également des précédents dans l’histoire où ses ancêtres auraient servi pendant qu'ils étaient jeunes. 

 «Ma famille est une famille militaire en partant de mon arrière-grand-père, Samuel Fowler», dit Fowler. «Il a reçu une médaille du Gouvernement pour avoir chassé les Fainéants avant même d’avoir atteint ses 18 ans.»

 Fowler était un jeune clairon dans le Régiment de la Princesse de Galles situe à Kingston avant qu'il signe pour la Seconde Guerre Mondiale de 1940.
Après plusieurs années en Angleterre et en Écosse, il est arrivé à l'une des zones d'atterrissage Canadiennes à Juno Beach avec un Groupe de renforts du  premier bataillon de Stormont, de Dundas et de Glengarry Highlanders le 12 juin.

 Black, un ancien journaliste des années 1980 et ancien rédacteur en chef du magazine Legion, connaissait Fowler de son temps à Brockville. Aussitôt  assis avec Boileau pour examiner les candidats possibles qui figureraient dans le livre, le service de Fowler fut bientôt évident.
«Lorsque nous avons commencé à faire la recherche pour le livre à Ottawa, Donn était l'un des premiers noms donc je suis tombé sur quand je passais les dossiers à la Bibliothèque a Archives Canada », a déclaré Black, notant qu'il avait eu une longue entrevue avec Fowler en 2009.

 Le livre tisse le récit de jeunes militaires comme Fowler, suivant leurs voyages de la maison à la guerre, et explorent la myriade de raisons à laquelle ils ont signé si jeune. «La plupart d'entre eux ont probablement pensé que c'était leur temps, leur possibilité de se rendre là-bas et de faire contribuer leur effort à la guerre », a déclaré Black.

Black a dit, sans généraliser, que beaucoup des adolescents qui ont signé et qui ont survécu l'ont fait sans crainte de l'avenir
"Ils avaient cette attitude qu'ils n'allaient pas être la prochaine personne. Il y en avait certainement beaucoup qui craignaient la mort, craignant que la prochaine balle pourrait en fait être la leur, mais je pense que beaucoup d'entre eux y sont allés dans l'attitude que, oui, cela ne m’arrivera pas à moi.

Black dit que le contenu du deuxième livre est plus engageant, et quelque peu tridimensionnel, parce que s’était l’occasion d’obtenir des informations de première main des survivants ou des membres de leur famille.  Fowler était posté en Normandie, en Belgique, en Hollande et en Allemagne et a servi par hasard pendant la guerre avec son père, Herbert Fowler. Il n'avait pas encore 20 ans lorsqu'il est rentré chez lui en 1945. 

 «Ce fut une belle occasion avec le deuxième livre de parler aux anciens combattants et de s'asseoir avec eux», a déclaré Black de sa maison de Merrickville. "Nous sommes un peu sur le bord ici avec les vétérans de la Seconde Guerre Mondiale parce que nous les perdons à un rythme alarmant." 

 Fowler dit que les deux livres sont uniques dans le sens où ils décrivent les personnes et les événements qui, sous des circonstances ordinaires n'auraient pas dû se produire.
«Le caractère unique des deux livres est qu'ils concernent des gens qui n'étaient pas qualifiés pour être dans une guerre», a déclaré Fowler, tout en ajoutant qu'il a reçu plus de formation que la plupart d’entre eux en raison de son affiliation à la Princesse de Galles et de son Régiment ou il a été en mesure d'assister au jeux Connaught pour l'entraînement des armes.
«C'est un livre classique en ce qui me concerne.»

 Parmi ses nombreux honneurs, Fowler a recu la Légion d'honneur Française, la plus haute décoration en France. Il a également été présent à plusieurs cérémonies du jour D en Normandie et a été l'un des 10 vétérans Métis à participer au 2009 au Mémorial du jour du Souvenir au monument de Vimy.

Black est l’invité conférencier du Musée Brockville le 28 février et tiendra une séries de lectures, où il discutera en premier lieu du contenue de son premier livre qui est relatif à la bataille de Vimy Ridge, et qui a maintenant son 100e anniversaire cette année. 

Publié avec la permission de The Brockville Recorder and Times 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Visitez notre section Guerriers & Vétérans 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~